Conférence : « Habiter au Kurdistan : Lutter contre la répression et expérimenter l’autogestion »

Conférence : « Habiter au Kurdistan : Lutter contre la répression et expérimenter l’autogestion »

Nous avons le plaisir de vous convier à la première conférence de notre collectif:

« Habiter au Kurdistan : lutter contre la répression et expérimenter l’autogestion ».

Dimanche 7 mai, à 14h30 aux Grands Voisins dans le cadre du Bendo Festival organisé par l’association La Basse Cour.


Evénement Facebook du Festival Bendo (5, 6 et 7 mai) : https://www.facebook.com/events/1760026384326420/

Adresse des Grands Voisins : 82 Avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris – Métro Denfert-Rochereau (Ligne 4 et 6)


PROGRAMME :

  • Introduction sur l’histoire du Kurdistan par Baker Alkardo (15min)
  • Syndicalisme et répression au Bakur (Sud-Est de la Turquie) par Anouk Colombani, étudiante à Paris 8 et membres de Solidaires (25min)
  • La lutte des femmes kurdes : évolutions et innovations par des membres de Solidarité Femmes Kobané et du mouvement des femmes kurdes (25min)
  • Le confédéralisme démocratique : théories et pratiques au Rojava (Syrie du Nord) par Raphaël Lebrujah, journaliste qui est parti au Rojava (25min)
  • Débat et échanges avec le public (1h)

Texte de présentation :

Au cœur du Moyen-Orient, sur les territoires kurdes en proie aux répressions et à la guerre, est expérimentée depuis quelques années une nouvelle forme d’organisation politique : le confédéralisme démocratique. Ses trois principaux piliers que sont la démocratie radicale, le féminisme et l’écologie tendent à répondre aux diverses formes de domination qui entravent toute tentative d’émancipation de l’individu. Lors de cette conférence, nous tenterons de décrire l’histoire, les concepts et les formes de lutte de cette révolution qui s’avère être aujourd’hui, une forme d’autogestion dont les enjeux dépassent les frontières du Kurdistan. De la lutte contre le patriarcat, à la préservation des ressources naturelles, en passant par l’anticapitalisme, nous reviendrons lors d’un débat sur ce que peut s’en réapproprier chaque mouvement d’émancipation à travers le monde, pour mettre en œuvre de réelles alternatives sur leur propre territoire.

Les commentaires sont clos.